Vous êtes ici : /

Au Tampon on attend toujours l'ADSL...

DOMTOM-ADSL.COM | 18/05/10 06:35 • Mis à jour le 18/05/10 06:35
« A Pont-d’Yves, au Tampon, au niveau du chemin Cabeu, on est en 56k donc en bas débit”. Ou “cela fait longtemps que j’attends le vrai haut débit, pourtant je ne réside pas si loin de la ville, l’ADSL arrivera-t-elle enfin chez moi un jour ?”. Ces exemples de commentaires, tirés du site internet Clicanoo, ne sont pas des exceptions mais le reflet du malaise de nombreux internautes presque à chaque fois que le Journal de l’île fait un sujet en rapport avec le haut débit ou le multimédia. Nombreux sont les Réunionnais à partager ce constat. Et pourtant. Plus de 98%. C’est, selon l’opérateur historique, le taux des lignes téléphoniques de l’île connectée en haut débit aujourd’hui. Il resterait donc moins de 2% de zones d’ombres (ou “blanches”) à couvrir en haut débit et pour lesquelles France Télécom a demandé l’aide des collectivités concernées. Problème : si 98% de l’île est “raccordée” à un équipement ADSL, 98% de l’île n’est pas forcément capable de délivrer l’ADSL aux abonnés. Une commune à beau être déclarée couverte, tous ses habitants ne goûtent pas automatiquement à l’ivresse du haut débit. C’est le cas de ceux qui résident au-delà de la portée maximale de l’ADSL. Au Tampon, s’il ne fallait retenir qu’un exemple (mais c’est loin d’être la seule commune concernée), les 60 000 habitants de la commune sont loin d’être logés à la même enseigne.

Encore des zones d’ombre

Un test sur le site degrouptest.com nous permet ainsi d’évaluer à 48,5% le taux des foyers raccordés au téléphone qui ne sont pas éligibles à une offre de télévision par internet par exemple. Cela, sans compter les nombreux foyers non équipés de ligne fixe où le taux doit être encore supérieur (coûts des travaux de construction de ligne exorbitants ayant rebuté les clients par exemple). La conclusion est qu’un client sur deux au Tampon n’est pas éligible par exemple aux normes de l’ADSL2+ et aux offres de télévision par internet (triple play), que certains opérateurs concurrents à France Télécom commencent à proposer... L’état des lignes téléphoniques et le manque de nœuds de raccordement aux abonnés, sans trop entrer dans la technique, en seraient la cause. L’opérateur historique ne le cache pas : une quarantaine de zones d’ombres sont répertoriées à la Réunion. Pratiquement toutes les communes en ont. Les Hauts sont davantage concernés. Selon France Télécom, environ 4500 lignes ne seraient pas éligibles à l’ADSL sur toute l’île, en raison de la distance trop grande entre l’abonné et le répartiteur téléphonique, généralement installé en centre-ville. Pour y remédier, la solution réside dans la construction de “répartiteurs relais”, des minis-centrales qui seraient à la charge... des collectivités concernées.

A l’intercommunalité du Sud, la Casud, dont la compétence est l’exploitation et la construction d’infrastructures haut débit dans les zones d’ombre, on reconnaît le problème mais on renvoie la balle dans le camp de l’opérateur historique. Ainsi, un marché pour la mise en place de mini-centrales a bien été passé avec France Télécom sans pour autant que cela ait été suivi d’effets. Les problèmes seraient d’ordre financiers (investissements lourds), techniques mais aussi juridiques. Conclusion : “Il y aura toujours des zones non couvertes. Pour des questions de rentabilité pour les opérateurs, il y aura des gens qui n’auront sans doute jamais l’ADSL”, ajoute un spécialiste. C’est sans doute aussi cela que l’on appelle la “fracture numérique”...
Vos avis, vos réactions sur la page Facebook de DOMTOM ADSL en cliquant ici
Source : Clicannoo